Marie Schrevens condamnée à une peine de dix ans de réclusion pour un incendie mortel

Belga

La cour d'assises du Hainaut a prononcé, jeudi, une peine de dix ans de réclusion criminelle contre Marie Schrevens, coupable d'avoir volontairement bouté le feu à un immeuble à appartements, le 1er juillet 2015 à Mons. La cour a retenu deux circonstances atténuantes : l'absence d'antécédent judiciaire et le parcours déstructurée de la jeune femme. Son arrestation immédiate n'a pas été ordonnée.Le 1er juillet 2015, à 8h12, c'est Marie Schrevens qui a appelé les secours signalant que le feu ravageait l'immeuble dans lequel elle vivait depuis quelques mois. Elle a signalé que le feu avait pris accidentellement dans son kot. Entendue comme témoin, elle est rapidement devenue suspecte car plusieurs témoins ont déclaré qu'elle avait menacé de bouter le feu à l'immeuble, car son bail, qui arrivait à échéance le 30 juin, n'allait pas être reconduit. De plus, elle était en litige avec la propriétaire depuis la saisie du chien de son compagnon, au mois de mai. Dans le sinistre, les pompiers ont retrouvé le corps sans vie d'une locataire, Sophie Wauters, qui vivait au premier étage. Cette femme est morte par inhalation des fumées toxiques. Depuis le début de l'enquête, Marie Schrevens a défendu la thèse de l'accident, déclarant qu'elle avait allumé une bougie, après avoir consommé de la drogue, et qu'elle s'était endormie. Pour prouver sa bonne foi, elle avait passé le test polygraphique, qu'elle a réussi. Toutefois, les experts en incendie, désignés par le juge d'instruction, ont écarté la thèse accidentelle, estimant que la version de la jeune femme était impossible. La défense a tenté de prouver l'inverse. Par sept voix contre sept, les jurés ont déclaré que l'incendie était volontaire. La cour a rallié la majorité des voix. Sur la peine, les jurés et la cour n'ont pas suivi la défense qui avait plaidé une peine de cinq ans maximum, assortie d'un sursis probatoire. La cour n'a pas prononcé l'arrestation de celle qui est détenue sous bracelet électronique. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.