En Russie, début d'une semaine chômée pour enrayer la propagation du virus

Belga

Une semaine chômée a commencé samedi dans l'ensemble de la Russie, une mesure visant à enrayer la propagation du coronavirus dans ce pays le plus endeuillé d'Europe.

En Russie, début d'une semaine chômée pour enrayer la propagation du virus

Selon le bilan officiel des autorités publié samedi, 40.251 nouveaux cas de coronavirus ont été recensés lors des dernières 24 heures, le nombre le plus élevé depuis le début de la pandémie. Le président russe Vladimir Poutine a décrété la semaine dernière une période chômée du 30 octobre au 7 novembre à l'échelle nationale afin de briser les chaînes de contamination. A Moscou, la capitale et de loin le pire foyer épidémique, cette période impliquant notamment la fermeture des services non-essentiels a déjà commencé jeudi. Ces derniers jours, le pays a plusieurs fois battu des records de contaminations et décès quotidiens dus au Covid-19, en pleine flambée épidémique alimentée par une vaccination poussive et de faibles restrictions sanitaires. Après un confinement strict au printemps 2020, les autorités ont refusé de reconfiner, malgré de nouvelles vagues épidémiques, afin de limiter les pertes économiques. La rapide propagation du Covid-19 est également facilitée par le faible taux de vaccination de la population russe, sur fond de défiance largement répandue à l'égard des sérums locaux. Même si la Russie dispose de plusieurs vaccins de sa propre conception, seuls 32,5% des quelques 144 millions de Russes sont totalement vaccinés, selon les statistiques officielles. Le Kremlin s'est par ailleurs inquiété cette semaine de l'explosion des voyages et vacances prévues par les Russes pendant la semaine chômée. Au total, la Russie a officiellement recensé à ce jour 8.472.797 cas de coronavirus et 237.380 décès. Selon l'agence des statistiques Rosstat, qui a une définition plus large des décès liés au virus, le bilan total de la pandémie en Russie s'établissait cependant à près de 450.000 morts fin septembre. Ce dernier bilan, non officiel, fait de la Russie le quatrième pays le plus meurtri au monde, après les Etats-Unis, le Brésil et l'Inde. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.