Bulgarie: espoirs d'un nouveau gouvernement après la surprise des législatives

Belga

La perspective d'un nouveau gouvernement paraissait plus concrète lundi en Bulgarie, au lendemain du score surprise d'un nouveau mouvement anti-corruption aux troisièmes législatives de l'année dans ce pays des Balkans ravagé par le Covid-19.

Bulgarie: espoirs d'un nouveau gouvernement après la surprise des législatives

"Continuons le changement", mené par deux entrepreneurs quadragénaires, a largement dépassé les attentes des sondages en recueillant plus de 25% des voix, selon les résultats officiels portant sur le dépouillement de 75% des bulletins. Il se place ainsi largement devant le parti conservateur Gerb de l'ex-Premier ministre Boïko Borissov (22%). Les résultats du vote des Bulgares de l'étranger devraient encore amplifier la victoire de Kiril Petkov et Assen Vassilev, ces quasi-novices en politique qui ont su incarner le mouvement anti-corruption. Depuis les manifestations massives à l'été 2020 contre le gouvernement Borissov, la Bulgarie aspire au changement. Mais jusqu'à présent, les différents partis ont échoué à former une coalition, que ce soit après les élections d'avril ou celles de juillet 2020. "Cette fois, nous aurons une coalition gouvernementale à quatre partis", a estimé lundi Boriana Dimitrova, directrice de l'institut Alpha Research, sur la chaîne de télévision publique BNT. M. Petkov, qui brigue le poste de Premier ministre, a dit vouloir mener des négociations "transparentes" avec la coalition de droite Bulgarie démocratique (6%) et le parti anti-système du chanteur Slavi Trifonov (près de 10%), qui s'est effondré après avoir remporté de justesse les élections de juillet. Les socialistes (PSB, 10%) sont l'autre partenaire incontournable, selon les analystes. En revanche, le parti Gerb et celui de la minorité turque (MDL, 14%) sont exclus des discussions du fait des pratiques de corruption qu'on leur reproche pendant la décennie de Boïko Borissov au pouvoir. "Les partis du changement doivent se mettre d'accord sur un programme minimum réalisable en quelques mois, et l'élargir après si possible", suggère le politologue Antony Todorov de la Nouvelle université bulgare. Selon Kiril Petkov, "la priorité numéro un est d'arrêter la corruption qui engloutit d'énormes ressources". "Sans cela, nous ne pouvons pas améliorer la santé publique", a-t-il déclaré, alors que la Bulgarie est submergée par une nouvelle vague de Covid-19, avec un taux de mortalité parmi les plus élevés au monde. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.