Une enquête de Médecins du Monde alerte sur l'exclusion sanitaire des personnes précaires

Belga

L'accès aux soins de santé des personnes vulnérables en Europe a été particulièrement faible durant cette année de pandémie, ressort-il vendredi d'une enquête menée auprès de 25.355 personnes dans six pays européens par l'ONG Médecins du Monde (MDM). Près de 80% d'entre elles étaient exclues des soins de santé jusqu'à leur première visite chez Médecins du Monde. Dernière du classement, la Belgique fait pâle figure puisque 86,1% des 1.773 patients interrogés n'avaient aucun accès au système de soins réguliers.

Une enquête de Médecins du Monde alerte sur l'exclusion sanitaire des personnes précaires

L'état de santé physique de ces personnes déconnectées des soins classiques était mauvais en 2020: 26,6% des personnes interrogées ont ainsi déclaré être en (très) mauvaise santé physique. Ce nombre est trois fois plus élevé comparé à la population européenne générale, dont 8,4% déclare être en mauvaise santé physique. L'enquête met également en lumière la mauvaise santé mentale des personnes interrogées: près de 59% d'entre elles ont déclaré se sentir souvent déprimées. Un tiers de ces personnes ont obtenu un score si élevé sur l'échelle de la dépression qu'un examen pour la dépression majeure était indiqué. Le suivi de grossesse des femmes enceintes est par ailleurs particulièrement défaillant. Plus de la moitié (52,7%) des 437 femmes enceintes qui se sont présentées dans les projets nationaux de MDM n'avaient reçu aucune consultation prénatale, tandis que 42,9% des femmes qui se trouvaient dans leur deuxième ou troisième trimestre n'avaient bénéficié d'aucun examen. Quant aux enfants, ils ne sont pas suffisamment vaccinés. Seuls 46,4% des enfants ayant fréquenté des structures dans lesquelles l'ONG est active en Belgique avaient reçu un vaccin contre le tétanos, 44,1% contre la coqueluche et l'hépatite B et 42,6% contre la rougeole, la rubéole et les oreillons. "C'est non seulement dangereux pour la santé des enfants vulnérables, mais cela présente également des risques réels pour la santé de l'ensemble de la population. La vaccination contre le Covid-19 l'a démontré", pointe Michel Genet. "De plus, ce type de situation crée un fossé entre les enfants pauvres, non vaccinés et les enfants (plus) riches, vaccinés." "Tous nos patients et patientes, quelles que soient leurs origines, font face à des situations de vie extrêmement difficiles", explique Michel Genet. "Ils et elles viennent chez nous en dernier ressort, après s'être heurté.e.s à un mur auprès des organismes officiels de la santé. À leur arrivée chez nous, ils et elles sont souvent atteint.e.s de maladies graves voire mortelles." L'ONG internationale de développement médical appelle dès lors à un "accès équitable et universel aux soins de santé (préventifs), indépendamment de la nationalité, du statut administratif ou des revenus". (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.