Islande: l'éruption près de Reykjavik officiellement terminée

Belga

Après trois mois d'interruption, l'éruption d'un volcan près de Reykjavik est considérée comme officiellement terminée, a-t-on appris lundi auprès des autorités islandaises.

Islande: l'éruption près de Reykjavik officiellement terminée

"Cela fait trois mois qu'il n'y a pas eu d'effusion de lave, l'éruption est donc considérée comme terminée", a déclaré à l'AFP une responsable de l'Institut météorologique d'Islande (IMO), Iryndis Yr Tisladottir. L'institution en charge de l'activité volcanique, qui appelle toujours les randonneurs à la prudence, continue toutefois à surveiller le secteur, a-t-elle indiqué. Cette petite et spectaculaire éruption de lave était survenue le 19 mars aux abords du mont Fagradalsfjall, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale islandaise. La lave n'avait plus coulé depuis huit siècles dans la péninsule de Reykjanes, et près de 6.000 ans là où l'éruption s'est produite, selon les vulcanologues islandais. Sixième éruption en Islande depuis vingt ans, elle était devenue la plus longue enregistrée en un demi-siècle en crachant de la lave pendant exactement six mois. Mais à peine ce titre acquis, les cratères et les failles avaient arrêté de cracher de la lave le 18 septembre, après avoir répandu plus de 140 millions de mètres cubes de magma dans les vallées de Geldingadalur. Relativement facile d'accès, l'éruption était devenue une véritable attraction touristique, avec selon l'office du tourisme d'Islande plus de 350.000 visiteurs. De nouvelles éruptions dans ce secteur restent une hypothèse crédible, selon les experts. "L'Histoire nous enseigne que l'activité volcanique dans ce secteur se produit par cycle", souligne l'IMO. L'institut a par ailleurs révisé à la baisse la semaine dernière le risque d'éruption d'un autre volcan islandais, le Grimsvötn, dans une zone inaccessible centre de l'île. Ce volcan situé sous un immense glacier est le plus actif d'Islande, avec une éruption en moyenne tous les cinq à dix ans. Il y a deux semaines le niveau d'alerte éruption avait été relevé à orange par l'IMO. "Il y a toujours une probabilité" d'éruption "mais elle est plus faible qu'auparavant", a déclaré à l'AFP Mme Tisladottir. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.