Quatre PME sur 10 veulent que leurs voitures de société soient électriques d'ici 2026

Belga

Malgré les inconnues sur le coût du passage à une mobilité verte, quatre PME possédant des voitures de société sur dix souhaitent rendre leur flotte entièrement électrique avant 2026 et 25 % d'entre elles procèderont déjà à l'installation de bornes de recharge sur le lieu de travail l'an prochain, selon une étude menée auprès de 560 petites et moyennes entreprises par les services RH Acerta et les organisations patronales ETION et VKW Limburg.À partir de 2026, les entreprises ne pourront plus déduire que les voitures de société électriques de leurs impôts. Si 39% des PME disposant de voitures de société prévoient que l'ensemble de leur parc sera zéro émission d'ici 2026, 57% d'entre elles estiment qu'elles ne seront pas en mesure de posséder une flotte entièrement électrique d'ici cette échéance. Quant aux 4% restants, elles projettent de ne plus avoir de voiture de société d'ici 2026. Par ailleurs, le coût reste un angle mort: 83% des PME n'ont aujourd'hui pas la moindre idée de ce que leur coûteront les nouvelles mesures sur les voitures de société et le budget mobilité. "De nombreuses entreprises continuent à se poser des questions sur l'électrification de leur parc automobile. Devons-nous également installer des dispositifs de recharge au domicile des travailleurs? Y aura-t-il également des bornes de recharge dans les rues? Dans quelle mesure le système de bornes de recharge est-il uniformisé?... Il n'existe pas de solutions prêtes à l'emploi pour les entreprises. Un plan par étapes constituera certainement une aide précieuse pour les entreprises", a pointé Michaël Zahlen, expert en mobilité chez Acerta Consult. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.