Coronavirus - Face à Omicron, il n'y pas de raison de "paniquer", "nous sommes prêts", assure Biden

Belga

Le président Joe Biden a assuré mardi que les États-Unis étaient "prêts" face au variant Omicron qui déferle actuellement sur l'Occident, répétant qu'il n'y avait pas de raison de "paniquer", du moins pour les Américains vaccinés.

Coronavirus - Face à Omicron, il n'y pas de raison de "paniquer", "nous sommes prêts", assure Biden

"Nous devons tous nous préoccuper d'Omicron, nous ne devons pas paniquer", a déclaré le président américain, ajoutant: "nous ne sommes plus en mars 2020. Nous sommes prêts." Il a ainsi cité "trois grandes différences" avec le début de la pandémie dont tout d'abord les vaccins, mais aussi l'abondance d'équipements de protection personnelle pour les soignants devant faire face à l'afflux de non-vaccinés dans les hôpitaux, ou encore le savoir accumulé sur ce virus. Joe Biden a cependant tenu à mettre en garde ceux qui ne sont pas entièrement vaccinés, déclarant qu'ils avaient "de bonnes raisons d'être inquiets" et qu'il était de leur "devoir patriotique" de se faire vacciner. Le variant Omicron a représenté 73,2% des nouvelles contaminations au Covid-19 la semaine écoulée aux États-Unis. Par ailleurs, le locataire de la Maison Blanche a annoncé qu'il "envisageait" de lever les restrictions de voyage pesant sur huit pays africains, le variant Omicron du Covid-19 s'étant désormais propagé dans le monde entier. L'arrivée sur le sol américain est actuellement interdite aux personnes venant d'Afrique du Sud, du Botswana, du Zimbabwe, de Namibie, du Lesotho, d'Eswatini, du Mozambique et du Malawi. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.