Philippines: manque d'eau et pillages redoutés après le passage du typhon Rai

Belga

Les secours se précipitaient mardi pour acheminer de la nourriture et de l'eau vers les îles des Philippines ravagées par le typhon Rai, qui a fait au moins 375 morts, tandis que les organisations humanitaires lançaient des appels pour venir en aide aux centaines de milliers de personnes laissées sans abri. Le gouverneur de la province de Bohol a, lui, supplié le gouvernement d'envoyer des fonds pour fournir eau potable et nourriture aux sinistrés, sans quoi des pillages pourraient avoir lieu.

Philippines: manque d'eau et pillages redoutés après le passage du typhon Rai

Selon l'agence nationale de gestion des catastrophes, plus de 400.000 personnes ont trouvé refuge dans des centres d'évacuation ou chez des proches, après que leurs maisons ont été endommagées ou détruites jeudi par le typhon le plus puissant à frapper le pays cette année. Au moins 375 personnes ont été tuées et des centaines blessées dans le sud et le centre de l'archipel, où le typhon a arraché des toits, déraciné des arbres, détruit des maisons en bois et privé des villes entières d'électricité. "Nos stocks de nourriture seront bientôt épuisés, probablement dans quelques jours ou demain", a déclaré Simplicia Pedrablanca, maire d'une ville des îles Dinagat, à la station de radio locale DZBB. L'une des îles les plus durement touchées est Bohol, connue pour ses plages et ses sites de plongée sous-marine, où au moins 96 personnes sont mortes, a déclaré le gouverneur de la province, Arthur Yap, sur Facebook. Ce dernier a ajouté que la province était à court d'argent et a lancé un appel au gouvernement pour qu'il envoie des fonds afin de fournir eau potable et nourriture aux familles en détresse. "Si vous n'envoyez pas d'argent pour acheter de la nourriture, envoyez des soldats et la police parce qu'il y aura des pillages ici", a-t-il prévenu sur la radio DZBB. Sur l'île voisine de Negros, Carl Arapoc, 23 ans, a raconté à l'AFP qu'il n'y avait plus d'électricité et que sa famille utilisait du bois flotté pour cuisiner. Les vents atteignant 195 kilomètres heure ont également provoqué d'importantes destructions sur les îles de Siargao, Dinagat et Mindanao. Le secrétaire à la Défense, Delfin Lorenzana, a ordonné à l'armée de déployer des navires, des bateaux, des avions et des camions pour acheminer de la nourriture, de l'eau potable et des fournitures médicales aux survivants. La Croix-Rouge envoie aussi de l'aide vers les îles de Siargao et Bohol, des destinations touristiques déjà à la peine après 18 mois de restrictions anti-Covid. La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge aux Philippines a lancé un appel afin de récolter 22 millions de dollars (19,5 millions d'euros) pour l'aide d'urgence et la reconstruction. Le Royaume-Uni s'est engagé à verser environ un million de dollars à la FICR, le Canada a promis une aide d'environ 2,3 millions de dollars et l'Union européenne près de deux millions. Rai est particulièrement tardif dans la saison, la plupart des cyclones tropicaux dans l'océan Pacifique se formant entre juillet et octobre. Les Philippines, classées parmi les pays les plus exposés au changement climatique, sont balayées par près de 20 tempêtes tropicales ou typhons chaque année qui détruisent généralement récoltes, habitations et infrastructures dans des régions déjà pauvres. Une autre tempête pourrait être en route. L'agence météorologique nationale a prévenu qu'une zone de basse pression se déplaçait vers Mindanao et avait "30 à 40% de chances de se transformer en dépression tropicale". Les scientifiques préviennent depuis longtemps que les typhons deviennent de plus en plus puissants à mesure que le réchauffement climatique s'accélère. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.