JO 2022 - JO-2022 à Pékin: le Japon n'enverra pas de responsables ministériels

Belga

Le Japon n'enverra pas de responsables ministériels aux Jeux olympiques d'hiver en février à Pékin, a annoncé vendredi le gouvernement nippon, après les boycotts diplomatiques décidés par plusieurs pays occidentaux, dont les Etats-Unis.La présidente du comité d'organisation des JO de Tokyo-2020 Seiko Hashimoto se rendra en revanche sur place, ainsi que le président du comité olympique japonais Yasuhiro Yamashita, a précisé le porte-parole du gouvernement nippon, Hirokazu Matsuno. Mme Hashimoto ira à Pékin "pour exprimer gratitude et respect aux athlètes et aux autres personnes qui ont soutenu les Jeux de Tokyo" organisés l'été dernier, a-t-il ajouté. En revanche, le Japon "ne prévoit pas d'envoyer de responsables gouvernementaux" aux JO d'hiver en Chine, a dit le porte-parole. La prise de position de Tokyo est intervenue après que les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Australie et le Canada ont annoncé ce mois-ci un boycott diplomatique des Jeux d'hiver de Pékin (4-20 février 2022) afin de dénoncer des atteintes aux droits de l'homme en Chine. La Chine a prévenu les quatre pays occidentaux, qui enverront des athlètes aux Jeux mais pas de responsables officiels, qu'ils paieraient "le prix" de leur décision. Le Japon, hôte des Jeux de Tokyo 2020 reportés d'un an à cause du coronavirus, se trouve dans une position diplomatique délicate entre les Etats-Unis et la Chine, deux partenaires commerciaux de première importance, et n'avait jusque-là pas fait connaître sa position. La Corée du Sud, un autre allié des Etats-Unis, a pour sa part annoncé en début de semaine dernière qu'elle ne boycotterait pas diplomatiquement les Jeux, invoquant la nécessité de continuer à coopérer avec la Chine. Le Comité international olympique (CIO) a quant à lui invoqué sa "neutralité" sur la question, refusant de commenter des "décisions purement politiques" et se réjouissant surtout de l'absence de boycott sportif. Selon des organisations de défense des droits de l'homme, au moins un million de Ouïghours et d'autres minorités turcophones, principalement musulmanes, sont incarcérés dans des camps au Xinjiang. La Chine est accusée d'y stériliser de force les femmes et d'imposer un travail forcé. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.