Les recteurs francophones s'inquiètent du projet de loi de Frank Vandenbroucke

Belga

Le Conseil des recteurs francophones (Cref) a exprimé mardi ses inquiétudes à l'égard d'un projet de loi du ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, sur l'attribution d'un numéro Inami à tous les médecins diplômés.

Les recteurs francophones s'inquiètent du projet de loi de Frank Vandenbroucke

"Les possibilités de restrictions dans l'attribution des numéros INAMI telles que prévues dans le projet de loi inquiètent fortement les recteurs et rectrices. En particulier dans la mesure où ces restrictions toucheraient de futurs médecins déjà en cours d'études, et ce malgré l'existence d'un examen d'entrée aux études de médecine", ont-ils déclaré dans un communiqué. Les recteurs francophones demandent aux parlementaires fédéraux et régionaux d'être "particulièrement attentifs" au problème. Ils rappellent qu'ils ont pris leurs responsabilités en matière de contrôle de l'accès aux études de médecine en défendant unanimement, avec l'ensemble des doyens des facultés de médecine, un examen d'entrée à session unique. Le projet de loi a été renvoyé au Conseil d'Etat juste avant le congé de fin d'année par l'opposition. Le texte contient de nombreuses dispositions de nature diverse. L'une d'entre elles, dénoncée par la députée Catherine Fonck (cdH), donne une base légale au gouvernement pour instaurer un verrou individuel après la réussite des études et le diplôme pour les médecins et les dentistes. Le cdH a par ailleurs déposé ce mois-ci des motions en conflit d'intérêts dans les parlements régionaux et au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Sur le même sujet