Le Conseil de sécurité de l'ONU va se réunir mardi sur les tensions à Jérusalem

Belga

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira mardi matin à huis clos pour discuter de l'escalade des tensions israélo-palestiniennes à Jérusalem, a-t-on appris lundi de sources diplomatiques.La France, l'Irlande, la Chine, la Norvège et les Emirats arabes unis ont demandé la tenue de cette réunion. Une nouvelle vague de violence a fait dimanche plus d'une vingtaine de blessés dans et autour de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, deux jours après des accrochages ayant fait plus de 150 blessés. Tôt dimanche, des "centaines" de manifestants palestiniens avaient commencé à amasser des "pierres" sur l'esplanade peu avant l'arrivée de juifs religieux à cet endroit, considéré comme le plus sacré du judaïsme et le troisième lieu saint de l'islam, selon la police israélienne. Les forces de l'ordre israéliennes sont intervenues sur l'esplanade, située dans la Vieille ville à Jérusalem-Est, secteur palestinien occupé depuis 1967 par Israël. Le Croissant-Rouge palestinien a fait état de 19 blessés palestiniens, dont certains ont été atteints par des balles en caoutchouc. Depuis la prise en 1967 puis l'annexion par Israël de Jérusalem-Est --non reconnue par la communauté internationale--, les juifs sont autorisés à accéder à certaines heures à l'esplanade, mais pas à y prier. La prière a lieu normalement au Mur des Lamentations, en contrebas, même si depuis des années des juifs religieux vont prier en cachette sur l'esplanade. La Jordanie, qui administre l'esplanade des Mosquées, a fait porter dimanche la responsabilité de cette nouvelle escalade de la violence à Israël, le roi Abdallah II appelant l'Etat hébreu à "mettre fin aux mesures illégales et provocatrices qui mènent vers une plus grande escalade". (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Sur le même sujet