TC Mons - Un Framerisois conteste une quinzaine d'agressions sexuelles

Belga

Me Mayence a plaidé l'acquittement, vendredi devant le tribunal correctionnel du Hainaut, division de Mons, d'un Framerisois poursuivi pour avoir agressé sexuellement une quinzaine de femmes, rencontrées sur un site quartier-rouge, utilisé par les parties civiles pour proposer des relations sexuelles tarifées.Lors de la précédente audience, le ministère public avait requis une peine de 20 ans, assortie d'une mise à disposition du tribunal d'application des peines pour 15 ans, contre le prévenu. Le prévenu conteste les préventions de viol. Vendredi, les avocats des parties civiles ont dressé un profil particulièrement inquiétant du prévenu, qui avait écopé de 12 années de prison pour trois viols et tentatives de viol de prostituées de luxe à Bruxelles, en juin 2018. Il avait été acquitté en appel et libéré. Plus tard, il a été placé sous mandat d'arrêt. Le prévenu est actuellement en détention préventive. Pour la défense, Me Mayence a critiqué la peine requise par le ministère public, qui "a requis la peine la plus lourde, car mon client a été acquitté lors d'un autre dossier". Le pénaliste estime que le tribunal ne doit pas faire l'économie du contexte de cette affaire, la prostitution. "Son acquittement lors de l'affaire précédente est presque une circonstance aggravante, alors que je pense que la cour avait vu juste." Lors de la précédente audience, les victimes ont fait état de violences extrêmes exercées par le prévenu. Dans sa plaidoirie qui a duré plusieurs heures, Me Mayence a analysé les déclarations de chacune des victimes et il n'a trouvé aucun élément de preuve pour établir la culpabilité de son client pour des viols et des tentatives de viol. Le pénaliste a déposé 120 pages de conclusions, dans lesquelles il a développé ses arguments. Le jugement sera prononcé lors de l'audience du 23 mai. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Sur le même sujet