L'Équateur demande à la Belgique d'extrader l'ancien président Rafael Correa

Belga

L'Équateur a demandé à la Belgique d'extrader son ancien président Rafael Correa. Ce dernier doit purger une peine de prison dans son pays d'origine, a indiqué le tribunal équatorien dans un communiqué. Correa est marié à une Belge et vit à Bruxelles depuis des années. Selon son avocat Christophe Marchand, il bénéficie de l'asile politique en Belgique, a déclaré samedi l'avocat à l'agence de presse allemande DPA.

L'Équateur demande à la Belgique d'extrader l'ancien président Rafael Correa

Correa a été président de ce pays d'Amérique du Sud pendant dix ans. Il y a deux ans, il a été condamné par défaut à huit ans de prison pour corruption. Il aurait été au courant de pots-de-vin versés par des entreprises de construction à des hommes politiques et à des fonctionnaires. Il aurait même été indirectement responsable du réseau de corruption. Correa a démenti ces accusations et pointe du doigt ses successeurs, qui, selon lui, mènent une campagne politique à son encontre. Pendant son mandat, Rafael Correa a apporté la stabilité politique et le progrès social. Grâce à l'exploitation étatique des ressources naturelles telles que le pétrole, de nombreux Équatoriens ont pu sortir de la pauvreté et avoir accès à l'éducation. En tant que président, Correa a également développé les infrastructures de l'Équateur. Les critiques, cependant, le présentent comme autoritaire. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Sur le même sujet