La dose moyenne de rayonnement lors d'un examen médical a diminué en dix ans

Belga

Si le nombre total d'examens d'imagerie médicale effectués chaque année ne diminue pas, la dose moyenne de rayonnement à laquelle la patientèle est exposée lors d'un tel examen a considérablement baissé en une décennie, indique jeudi l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN).

La dose moyenne de rayonnement lors d'un examen médical a diminué en dix ans

Depuis 2011, les centres médicaux utilisant des appareils de radiologie doivent fournir régulièrement à l'AFCN un aperçu des doses de rayonnement auxquelles sont exposés les patients qui passent un scanner par exemple, une mammographie ou encore certains examens cardiologiques. Cela concerne environ 400 centres médicaux en Belgique, explique l'agence fédérale. En une décennie, l'AFCN constate que la dose moyenne de rayonnement par examen a diminué. Ainsi, pour les scanners par exemple, qui représentent la moitié des examens pour lesquels des personnes ont été exposées à des rayonnements ionisants, la dose moyenne par examen, s'est réduite de 30 à 55%, en l'espace de 10 ans. Cette baisse s'explique par les efforts fournis pour administrer la dose la plus faible possible tout en garantissant la meilleure qualité d'image possible. L'AFCN a ainsi introduit une limite de dose et les services hospitaliers appliquent de plus en plus des protocoles internationaux standardisés. L'évolution de la technologie a également permis de réduire la dose de rayonnements ionisants. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Sur le même sujet