La venue d'Olaf Scholz au Japon pour sa première visite en Asie n'est "pas un hasard"

Belga

Le chancelier allemand Olaf Scholz, en visite jeudi au Japon, a salué la position de l'archipel nippon face à l'invasion de l'Ukraine. Il a également souligné que son choix de se rendre au Japon pour son premier déplacement officiel en Asie, contrairement à ses prédécesseurs, n'avait rien d'un hasard.

La venue d'Olaf Scholz au Japon pour sa première visite en Asie n'est "pas un hasard"

Angela Merkel et Gerhard Schröder avaient tous deux choisi de rallier la Chine pour leur première visite officielle en Asie en tant que chancelier. Une rupture assumée par Olaf Scholz, qui a rappelé lors d'une conférence de presse "la profonde amitié qui lie" les deux pays. Le chancelier a en outre salué la position du Japon sur l'offensive russe en Ukraine. "Dès le début de l'invasion russe, le Japon, en tant que partenaire du G7, s'est rangé clairement et fermement aux côtés de l'Ukraine, de l'Europe et des États-Unis", a-t-il rappelé. "Et cela, alors que l'Ukraine est bien plus loin de Tokyo qu'elle ne l'est de Berlin." L'archipel est l'un des trois pays asiatiques à avoir condamné l'invasion russe, avec la Corée du Sud et Singapour. Le Japon, qui s'est lui-même interdit de fournir des armes dans une constitution pacifiste d'après-guerre, a toutefois accepté de fournir des équipements militaires à l'Ukraine tels que des gilets pare-balles, des casques en acier, des tenues de combat hivernales, des vêtements de protection contre les armes chimiques ainsi que des drones commerciaux pour la reconnaissance, le tout provenant directement des stocks de son armée. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.