Le Sri Lanka paralysé par une grève générale en opposition au président

Belga

Au Sri Lanka, une grève générale des travailleurs réclamant la démission du président Gotabaya Rajapaksa et de son gouvernement a paralysé le pays jeudi. Il n'y a pas de transport public ou privé. Les employés des agences gouvernementales et des écoles sont restés chez eux. Les banques sont partiellement fermées.

Le Sri Lanka paralysé par une grève générale en opposition au président

Selon le militant syndical Wasantha Samarasinghe, il s'agit de l'une des grèves générales les plus importantes jamais organisées dans le pays, avec plus de 1.000 syndicats soutenant l'action. Pour le vingtième jour consécutif, des milliers de personnes ont manifesté contre le président et son administration. Certains ont campé devant la résidence du Premier ministre Mahinda Rajapaksa, frère du président. Le président a convoqué tous les partis au parlement vendredi. On devrait y annoncer la possibilité de former un gouvernement intérimaire dans lequel son frère ne serait plus Premier ministre. Il y a une dizaine de jours, le président avait remanié le gouvernement, ne laissant aucun de ses proches en place, à l'exception de son frère. Le Sri Lanka traverse actuellement la pire crise économique depuis son indépendance en 1948. Ce pays de quelque 22 millions d'habitants souffre d'une pénurie de nourriture, de médicaments et de carburant. Il y a aussi de régulières coupures de courant. Le gouvernement a approché le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale, la Banque asiatique de développement, ainsi que l'Inde et la Chine pour une aide d'urgence. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Sur le même sujet