Meryame Kitir rend visite à une école à Hébron

Belga

La ministre de la Coopération, Meryame Kitir, a rendu visite mardi à une école pour filles à Hébron financée par la Belgique. L'enseignement et la formation doivent aider les Palestiniens des territoires occupés à améliorer leur vie quotidienne. "Je sais combien l'enseignement et la formation sont importants. Ils donnent une chance de prendre sa vie en mains", a souligné la ministre, ancienne travailleuse de Ford Genk.

Meryame Kitir rend visite à une école à Hébron

Enabel, agence belge de coopération au développement, a investi ces dernières années plus de 31 millions d'euros dans la construction de nouvelles écoles dans les territoires palestiniens, cinq millions dans l'extension d'écoles et 24 millions dans la rénovation. Un accent particulier a été mis dans les techniques vertes, que ce soit pour garantir de la fraîcheur en été ou de la chaleur en hiver. L'école visitée dispose de 31 panneaux solaires financés par la Région bruxelloise. L'école accueille 450 filles. De manière générale, en Palestine, les filles se débrouillent bien à l'école, mieux que les garçons. Le taux de scolarisation y est important mais les débouchés sur le marché du travail demeurent largement insuffisants et provoquent un taux de chômage élevé. Ce sont surtout des hommes qui travaillent, les femmes s'occupant en général du ménage. Hébron est la ville la plus peuplée de Palestine avec 200.000 habitants et est considérée comme son centre économique. Les tensions avec Israël demeurent vives dans cette ville qui abrite le Tombeau des patriarches connu par les musulmans comme la mosquée d'Ibrahim. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.