Le Chili décrète la remilitarisation de la région mapuche

Belga

Le gouvernement du président chilien Gabriel Boric a ordonné lundi le retour de l'armée dans la région de La Araucanía, dans le sud du pays, face à la montée de la violence liée aux revendications territoriales des Indiens Mapuche."Nous avons décidé d'utiliser tous les outils pour assurer la sécurité", a déclaré la ministre de l'Intérieur Izkia Siches après avoir annoncé que l'armée serait redéployée dans le sud du pays. Le 12 octobre 2021, des militaires avaient été déplacés dans la région d'Araucanía et dans des villes de la région voisine du Biobío sur ordre du gouvernement du conservateur Sebastián Piñera. Pendant la campagne électorale, M. Boric s'est engagé à retirer les militaires de la région, une mesure qu'il a mise en oeuvre le 27 mars. Mais après avoir tenté en vain de faire approuver par le Congrès un déploiement "intermédiaire" de l'armée, avec une présence limitée à quelques endroits, et face à une augmentation notoire des incendies criminels, son gouvernement a dû faire marche arrière et recourir une nouvelle fois à cette mesure d'urgence pour protéger la zone. Certaines communautés du sud du pays réclament depuis des décennies la restitution de terres qu'elles considèrent comme leur appartenant en vertu de droits ancestraux, aujourd'hui essentiellement aux mains d'entreprises forestières et d'agriculteurs. Des groupes indigènes radicaux ont revendiqué la responsabilité de certaines de ces attaques, bien que l'on signale également dans la région la présence de groupes d'autodéfense forestière, de groupes qui se consacrent au vol de bois et à la criminalité ordinaire. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.