Poutine rassure sur l'inflation et annonce une hausse des prestations sociales

Belga

Le président russe Vladimir Poutine a tenté de rassurer mercredi sur l'inflation, galopante dans le pays, tout en annonçant une hausse des retraites et des minima sociaux pour amortir la baisse de revenus des Russes.

Poutine rassure sur l'inflation et annonce une hausse des prestations sociales

"Je propose d'augmenter de 10% le montant des pensions pour les retraités qui ne travaillent pas à partir du 1er juin de cette année", a-t-il déclaré lors d'une réunion avec le Conseil d'Etat. Il a assuré qu'avec une indexation effectuée depuis le début de l'année, l'augmentation des pensions était "plus élevée que le niveau de l'inflation". Cette dernière a atteint en avril 17,8% annuels, un record en vingt ans. Le président a néanmoins assuré que "selon les experts, la croissance de l'inflation a ralenti (...) d'ici la fin de 2022, elle ne dépassera pas 15%". Il a également promis l'augmentation des minima sociaux à partir de juin: le salaire minimum augmentera de 10% à 15.279 roubles (240 euros au taux actuel), et les allocations familiales, notamment pour les femmes de militaires, seront relevées. Les effets des sanctions occidentales sans précédent contre Moscou commencent à peser sur l'économie russe. L'inflation record, doublée d'une augmentation du recours au chômage partiel afin d'éviter les licenciements, entame sérieusement le pouvoir d'achat des Russes, qui ont un faible taux d'épargne. Le gouvernement russe prévoit une contraction de 7,8%-8,8% du PIB en 2022, la Banque centrale se montrant plus pessimiste (baisse de 8-10%). (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.