Sénégal: premières gardes à vue après la mort de 11 bébés à l'hôpital

Belga

Trois personnes ont été placées en garde à vue par la police après la mort de onze bébés dans un incendie à l'hôpital public de Tivaouane, dans l'ouest du Sénégal, a-t-on appris lundi de sources syndicales.

Sénégal: premières gardes à vue après la mort de 11 bébés à l'hôpital

Une sage-femme, une infirmière et le directeur des ressources humaines (DRH) de l'hôpital sont entendus à Tivaouane pour "mise en danger de la vie d'autrui", a indiqué à l'AFP Ousmane Diouf, un responsable de And Gueusseum, centrale syndicale de travailleurs de la santé. La sage-femme et l'infirmière sont en garde à vue depuis dimanche, a précisé Mballo Dia Thiam, responsable national de la centrale. Les détails sur le DRH n'ont pas été précisés. Ils "doivent être présentés aujourd'hui (lundi) au procureur de Thiès", capitale régionale dont dépend Tivaouane, a ajouté M. Diouf. La police n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP. Les causes de l'incendie qui s'est produit le 25 mai au service de néonatalogie de l'hôpital Mame Abdou Aziz Sy Dabakh restent à établir. Les témoignages rapportent un incendie se propageant rapidement dans l'unité néonatale et des personnels et des usagers impuissants à sauver les enfants. Un court-circuit électrique est incriminé. Des proches des victimes ont dénoncé un défaut de surveillance, mais leurs accusations n'ont pas été corroborées pour l'instant. Le président Macky Sall a limogé son ministre de la Santé Abdoudaye Diouf Sarr le lendemain du sinistre. Ce drame est le dernier en date à mettre en lumière les carences du système de santé du Sénégal. En un an, c'est au moins le troisième évènement avec mort d'enfants à l'hôpital public à bouleverser l'opinion. En dehors des appels aux sanctions, il a suscité dans une partie de l'opinion des accusations de passivité de la part des autorités. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.