Ventilus - Les patrons flamands appellent le gouvernement à choisir les lignes à haute tension

Belga

Une vingtaine d'employeurs et d'organisations sectorielles flamandes appellent mardi soir, dans une lettre ouverte évoquée par Het Laatste Nieuws, le gouvernement flamand à prendre une décision "urgente" concernant le projet Ventilus.Celui-ci vise à acheminer l'énergie produite par l'éolien offshore via des nouvelles lignes à haute tension aérienne à travers la Flandre occidentale. Ce projet fait l'objet de contestations locales. Fin mai, la ministre régionale de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA), a indiqué au parlement qu'il était "progressivement temps d'achever le processus de consultation" et qu'une décision serait prise "avant l'été". Pour les employeurs, l'option d'une ligne à haute tension aérienne, comme le prévoit le gestionnaire du réseau Elia, s'impose. "Si une liaison souterraine est installée, la facture d'électricité deviendra considérablement plus chère. Les entreprises craignent également de perdre des investissements et des emplois", écrivent-ils. Les employeurs plaident également pour "une concertation organisée avec toutes les parties prenantes". Cela signifie également une compensation généreuse et correcte pour les riverains et les communes concernées. Selon Elia, une ligne aérienne coûtera 1,2 milliard, contre au moins 6 milliards pour une ligne souterraine. La lettre, écrite à l'initiative du Voka, a été cosignée par Agoria, Comeos, Essenscia, la Confédération Construction et Febetra, entre autres. (Belga)

© 2023 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.