L'opposition au Somaliland accuse la police d'avoir tiré sur des manifestants

Belga

Des dirigeants de l'opposition au Somaliland ont accusé la police d'avoir tiré des gaz lacrymogènes et des balles réelles pour disperser jeudi une manifestation antigouvernementale jeudi à Hargeisa, la capitale de cette région autonome.Des dizaines de manifestants en colère ont organisé un rassemblement après un appel de l'opposition, qui accuse le gouvernement de tarder sur l'organisation d'une élection présidentielle au Somaliland prévue en novembre. "Ils manifestaient pacifiquement lorsque des policiers sans expérience ont malheureusement utilisé des balles réelles et des gaz lacrymogènes contre la population", a déclaré à la presse Feysal Ali Warabe, chef du parti d'opposition Justice et Bien-être (UCID). "Certains députés ont été touchés (par balles) et d'autres arrêtés lors de la manifestation", a-t-il dit, ajoutant que le but de la manifestation était de faire pression pour "la protection de la démocratie et des lois du Somaliland". Un officier de police, Mohamed Adan Saqadhi, a déclaré devant des journalistes que le rassemblement était illégal et que c'était la police qui avait été touchée à balles réelles, niant que des agents aient utilisé de telles munitions. "Nous avons tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes, comme le fait la police dans le reste du monde", a-t-il déclaré. Hersi Ali Hassan, président du principal parti d'opposition Waddani qui avait appelé à la manifestation, a déclaré que quatre personnes avaient été blessées par balle. La police n'a pas communiqué de bilan ni donné le nombre d'arrestations. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.