Assises de Namur - Dix-sept ans de prison requis à l'encontre de Bernard Marchal

Belga

L'avocat général Serge Motiaux a requis, vendredi devant la cour d'assises de Namur, une peine de 17 ans de prison à l'encontre de Bernard Marchal, né en 1970, reconnu coupable du meurtre de son frère, Jean-Luc, né en 1963, commis le 30 octobre 2019 à Bois-de-Villers."Plusieurs tribunaux vous l'ont dit. Vous avez l'alcool méchant, vous êtes violent. Vous avez déjà été puni et du sursis vous a déjà été accordé. L'objectif de ces peines qui était de créer l'amendement a échoué. Cette nouvelle peine qui sera prononcée devra créer l'amendement de Bernard Marchal et j'espère qu'au terme de celle-ci, il y aura une réinsertion dans la société. Pour cela, il faudra évacuer certaines personnes toxiques de votre environnement", a ajouté l'avocat général. Ce dernier a invité les jurés à tenir compte des antécédents et de la personnalité de l'accusé. "C'est un travailleur acharné, un courageux. Un gars jovial, entier, serviable et honnête qui ne doit rien à personne. On retiendra aussi sa violence, quelqu'un qui a l'alcool méchant." L'avocat général a par ailleurs demandé aux jurés de ne pas tenir compte de l'éventualité d'une libération conditionnelle. "Dans le cas qui nous occupe, c'est au tiers de la peine qu'il y aura la faculté d'examiner une libération conditionnelle. Néanmoins, vous devez prononcer la peine qui vous semble la plus juste. Vous ne pouvez pas vous dire : "il pourrait sortir plus tôt de prison, il faut donc prononcer une peine plus lourde'." (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.