RDC/Procès de "Monsieur sécurité" de Tshisekedi: début de l'instruction au fond

Belga

La Haute cour militaire de la République démocratique du Congo a débuté vendredi "l'instruction au fond" dans le procès de François Beya, "Monsieur sécurité" du président Félix Tshisekedi, poursuivi pour "complot" contre le chef de l'État, a-t-on appris auprès de la défense.M. Beya est poursuivi pour "complot et offense contre la personne du chef de l'État, violation de consignes et incitation des militaires à commettre des actes contraires au devoir et à la discipline". "L'instruction au fond a débuté aujourd'hui (vendredi)" avec l'interrogatoire du "prévenu colonel Tite Cikapa et a porté sur la prévention de complot", a déclaré à l'AFP Me Jeanot Bukoko Mandjumba, avocat de M. Beya. L'audience au eu lieu à la prison de Makala après le refus de M. Beya de se déplacer en dehors de son lieu d'incarcération, comme l'avait décidé la Haute cour militaire congolaise, la semaine dernière. En plus de M. Beya, les autres personnes citées dans ce "complot" contre le chef de l'État sont le brigadier Tonton Twadi Sekele (en fuite), le colonel Tite Cikapa, la commissaire supérieure principale (colonel) Lily Tambwe Mauwa, le lieutenant-colonel Pierre Kalenga Kalenga et un civil, Guy Vanda. Chef de la Direction générale de migration (DGM) sous le régime de l'ex-président Joseph Kabila (2001-2019), M. Beya est devenu en 2019 le "Monsieur sécurité" de Tshisekedi. Il a été arrêté le 5 février par l'Agence nationale de renseignement(ANR). (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.