Un ancien employé de la CIA reconnu coupable d'une fuite massive d'outils à Wikileaks

Belga

Un ancien informaticien de la CIA a été condamné mercredi à New York pour avoir transmis, en 2017, au site Wikileaks des outils de cyberespionnage appartenant à l'agence américaine de renseignement, une fuite massive vivement dénoncée par les autorités.Joshua Schulte, 33 ans, "a été condamné pour l'un des actes d'espionnage les plus éhontés et les plus dommageables de l'histoire américaine", a commenté le procureur fédéral de New York Damian Williams dans un communiqué. En 2016, alors qu'il travaillait pour une unité d'élite spécialisée dans le cyberespionnage, il avait commencé à rassembler la collection "Vault 7", des outils de piratage, des logiciels malveillants, des virus, des chevaux de Troie. Wikileaks avait commencé à publier les 8.761 documents en mars 2017, embarrassant grandement l'agence et fournissant aux pirates professionnels et amateurs du monde entier les mêmes outils que les espions américains. Rapidement soupçonné, le jeune homme avait été secrètement inculpé en 2017 après la découverte d'une importante collection de vidéos pédopornographiques dans ses ordinateurs. Les charges avaient ensuite été requalifiées en vol et transmission d'informations classifiées en vertu d'une loi contre l'espionnage. En 2020, un jury l'avait condamné pour parjure mais n'avait pas réussi à se mettre d'accord sur les autres chefs d'accusation et le procès avait été déclaré nul et non avenu. A l'issue de son second procès et de quatre jours de délibérations, le jury l'a reconnu coupable mercredi des huit chefs d'accusations pesant contre lui pour espionnage et d'un pour avoir menti au FBI. Sa peine sera fixée ultérieurement. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.