Des évaluations centralisées dans l'enseignement néerlandophone à partir de 2024

Belga

Le gouvernement flamand est parvenu à un accord vendredi sur l'introduction d'évaluations centralisées, à l'instar de ce qui se pratique côté francophone avec le CEB, le CE1D et le CESS.

Des évaluations centralisées dans l'enseignement néerlandophone à partir de 2024

Ces tests seront introduits progressivement à partir de 2024 à quatre moments, à savoir la quatrième année primaire, la sixième année primaire, la deuxième année du secondaire et la sixième année du secondaire. Selon le ministre flamand de l'Enseignement Ben Weyts (N-VA), ces tests devraient permettre de "garder un œil sur la qualité de l'enseignement". "Pour certains, c'est une révolution, alors que dans le reste du monde, c'est une évidence", a commenté le ministre lors d'une conférence de presse organisée après le conseil des ministres. Le ministre a aussi fait référence au fait que la Flandre se classe moins bien dans les enquêtes internationales depuis un certain temps. De plus en plus d'élèves n'atteignent pas les objectifs minimaux. Le système devrait également permettre aux écoles "de se comparer à des écoles comparables" et donner aux élèves et aux parents une vision de l'évolution de chaque élève. Concrètement, l'intention est de démarrer avec une phase test en 2023. À partir de 2024, la quatrième année primaire et la deuxième année secondaire seront concernées. Dans les années suivantes, les tests seront instaurés dans les sixièmes années primaire et secondaire. Chaque école aura accès aux résultats, afin qu'elle puisse éventuellement se comparer à des écoles similaires. Le conseil de classe pourra aussi utiliser les résultats comme un élément supplémentaire dans l'évaluation des élèves, sans pour autant les utiliser comme seuls critères. Les résultats ne seront pas rendus publics et aucun classement ne sera autorisé. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.