Les associations environnementales très critiques sur la prolongation du nucléaire

Belga

"C'est le plus gros cadeau jamais fait à Engie", ont affirmé vendredi les associations environnementales Greenpeace, Inter-Environnement Wallonie et Bond Beter Leefmilieu après l'annonce d'un accord de principe avec Engie sur la prolongation de deux réacteurs nucléaires.Selon ces associations, le citoyen risque de payer trois fois: pour les risques financiers liés à l'exploitation partagée des réacteurs?; pour l'augmentation de la quantité de déchets nucléaires, puisqu'Engie va bénéficier du plafonnement de sa contribution aux coûts de gestion de ces déchets; et pour les subventions aux énergies fossiles accordées pour les centrales au gaz, notamment lorsque la production d'énergie nucléaire sera moindre que prévu. Le fait que l'Etat deviendra actionnaire de la société dans laquelle seront placés les deux réacteurs montre également, aux yeux des environnementalistes, que le nucléaire n'est pas rentable. "La faillite de l'énergie nucléaire a un impact important sur notre avenir énergétique", a expliqué Jan Vande Putte (Greenpeace). "Aussi bien l'énergie nucléaire que les énergies fossiles ont aujourd'hui besoin de lourdes subventions et entraînent des factures astronomiques pour nos familles et nos entreprises. Seules des mesures d'efficacité énergétique et une transition plus ambitieuse vers les énergies renouvelables apporteront une solution durable à ce problème." L'association "Stop Nucléaire" a quant à elle évoqué un "accord aussi mauvais que celui de Faust avec le Diable", en pointant du doigt non seulement les risques financiers de l'opération mais aussi la responsabilité de l'Etat en cas d'accident. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.