3M met sa filiale de bouchons d'oreilles en faillite pour contrer ses ennuis judiciaires

Belga

Le géant américain 3M a demandé la faillite pour sa filiale Aearo Technologies, qui fabrique des bouchons d'oreilles, espérant ainsi régler les poursuites judiciaires engagées par des vétérans aux États-Unis. Ceux-ci déclarent souffrir de troubles auditifs alors qu'ils portaient les bouchons vendus par 3M à l'armée américaine.

3M met sa filiale de bouchons d'oreilles en faillite pour contrer ses ennuis judiciaires

Le conglomérat, connu du grand public pour ses marques Scotch ou Post-It, a déjà dépensé près de 350 millions de dollars pour se défendre des près de 230.000 plaintes portées en justice contre ses bouchons d'oreilles, d'après des documents judiciaires. Pour 3M, une faillite constitue la manière la plus rapide et équitable de régler ces différends. Lorsqu'une entreprise se met en faillite, les poursuites sont suspendues et les plaintes sont alors traitées par un tribunal en charge des faillites. 3M a précisé avoir transféré un milliard de dollars vers un trust - une structure juridique de droit américain permettant de regrouper des actifs - dans le but d'indemniser les plaignants. Il a également prévu 240 millions de dollars pour financer la faillite. Les plaintes concernent des bouchons d'oreilles anti-bruit que la filiale Aearo a massivement fourni à l'armée américaine entre le début des années 2000 et 2015. Jusqu'à présent, seule une poignée de ces plaintes, introduites principalement par des vétérans, ont été jugées. Dans un seul dossier, la cour a ordonné à 3M de verser 77,5 millions de dollars. Mardi, le groupe a par ailleurs annoncé son intention de se séparer de ses activités liées à la santé pour en faire une société cotée à part. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.