Invasion de l'Ukraine - Le premier bateau de céréales ukrainiennes cherche un nouvel acheteur pour sa cargaison

Belga

Le premier navire transportant des céréales à avoir quitté l'Ukraine après la signature de l'accord entre Kiev et Moscou le 22 juillet est en attente en Méditerranée après que l'acheteur libanais a refusé sa cargaison de maïs en raison du délai de livraison.L'ambassade d'Ukraine à Beyrouth a publié lundi une photo du navire en question, le Razoni. "Selon les informations du skipper, l'acheteur final a refusé la cargaison en raison d'un retard dans les délais de livraison (plus de cinq mois). Le capitaine est maintenant à la recherche d'un autre acheteur, soit au Liban, soit dans un autre pays", a-t-elle expliqué sur Twitter. Le Razoni était le premier navire céréalier à quitter un port de la mer Noire depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Ce départ a été rendu possible après que la Russie et l'Ukraine, ainsi que les Nations unies et la Turquie, ont conclu un accord sur les exportations de céréales. Le navire transporte quelque 26.500 tonnes de maïs. Un porte-parole du ministère libanais de l'Économie a précisé que le gouvernement n'était pas impliqué dans les problèmes de livraison car la commande était destinée au secteur privé. Le Polarnet, un cargo battant pavillon turc et transportant 12.000 tonnes de maïs ukrainien a atteint lundi la Turquie, devenant ainsi le premier navire à atteindre sa destination finale. Deux autres bateaux partis en même temps que ce navire devraient atteindre leur destination d'ici une semaine. Depuis le 22 juillet, une douzaine de navires ont déjà quitté l'Ukraine. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.