Crise énergétique - Le Premier ministre prévoit un "Codeco" énergie

Belga

Le Premier ministre Alexander De Croo va convoquer, sous peu, un Comité de concertation consacré aux prix de l'énergie qui flambent, a-t-il confirmé à la VRT samedi.Il y a notamment eu une demande en ce sens du président de Vooruit Conner Rousseau, qui s'exprimait à ce sujet auprès de la VRT samedi: "l'hiver arrive, nous devons avec tous les gouvernements et au-delà des différences de partis collaborer pour que les factures soient payables pour les citoyens". Un porte-parole du Premier ministre a confirmé samedi soir à Belga que des discussions sont en cours avec les ministres-présidents au sujet de la tenue d'un Comité de concertation. Les feux semblent au vert. Les prix de l'énergie atteignent ces derniers jours des records. Récemment, Les Engagés avaient demandé l'activation du "niveau d'alerte précoce" du plan d'urgence énergie, et que les ministres compétents viennent expliquer dans chaque parlement les mesures prévues pour surmonter un hiver difficile. Le PTB, depuis l'opposition, a déjà fait savoir samedi qu'il a des doutes sur l'utilité de ce Comité de concertation. "Il est temps de bloquer les prix et de taxer les surprofits des multinationales de l'énergie", seul moyen crédible pour le député Peter Mertens de dépasser la crise. Le ministre des Finances Vincent Van Peteghem (CD&V) a quant à lui indiqué au JT de la VRT vouloir réfléchir à des solutions à long terme, sous la forme d'une réforme fiscale, "pour que les gens aient davantage de net à la fin du mois". Sa proposition sera présentée sous peu au gouvernement, précise-t-il. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.