Moscou a validé le maintien du Japon dans un projet pétrogazier russe

Belga

Le gouvernement russe a autorisé deux firmes japonaises à conserver leurs parts dans Sakhaline-2, un projet pétrogazier dans l'Extrême Orient russe auquel le Japon ne voulait pas renoncer, bien qu'il participe aux sanctions contre Moscou liées à la guerre en Ukraine.Un décret gouvernemental russe a autorisé mercredi Mitsubishi Corp à transférer son ancienne part de 10% dans Sakhaline-2 dans une nouvelle entité créée unilatéralement par Moscou en juillet, a confirmé jeudi à l'AFP un porte-parole du groupe nippon. Un jour auparavant, Moscou avait pris une décision similaire pour Mitsui & Co, qui conserve son ancienne part de 12,5% dans le projet. Peu après le déclenchement de la guerre en Ukraine, le géant britannique des hydrocarbures Shell avait, lui, fait le choix de se séparer d'actifs en Russie, dont sa participation de 27,5% dans Sakhaline-2. Moscou avait décidé par surprise le 30 juin de transférer l'intégralité des parts de ce projet dans une nouvelle société créée par l'Etat russe, qui devait donner son feu vert au maintien des partenaires étrangers souhaitant rester à bord. Tout en participant aux sanctions internationales contre Moscou et en réduisant ses importations énergétiques de Russie, le gouvernement japonais n'était pas prêt à abandonner Sakhaline-2, crucial pour l'approvisionnement du pays en gaz naturel liquéfié (GNL). Environ 60% des 10 millions de tonnes de GNL produites par an sur ce projet offshore sont destinées au Japon, et le site couvre à lui seul presque 9% des importations nippones en GNL. Le choix du Japon de rester coûte que coûte dans Sakhaline-2 "reflète la réalité pragmatique de garder le chauffage et la lumière allumés dans l'environnement de marché énergétique mondial le plus difficile depuis des décennies", a commenté James Brady du cabinet Teneo dans une note publiée la semaine dernière. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.