Les premières journées du matrimoine carolos auront lieu du 22 au 25 septembre

Belga

Les premières journées du matrimoine de Charleroi auront lieu du 22 au 25 septembre. L'occasion de visibiliser une série de parcours de femmes, de revenir sur les raisons historiques de leur invisibilisation et de questionner les conditions d'existence d'un urbanisme genré, ont indiqué mardi les organisatrices, en présence de l'échevine carolo de l'Égalité des chances Alicia Monard et des échevins carolos du Patrimoine et de la Citoyenneté Thomas Parmentier et Mahmut Dogru.À l'origine de l'événement, le collectif de citoyennes et de citoyens Charliequeen, secondé par la Maison de laïcité de Charleroi et Présence et action culturelles. Ce dernier travaille les questions de l'invisibilisation des femmes dans l'espace public depuis plusieurs années. "Alors que la Ville de Charleroi cherchait à rebaptiser des noms de rues il y a quelques années, nous avons réfléchi à des noms de femmes à proposer. On s'est alors rendu compte de l'ampleur de l'invisibilisation dont les femmes ont été victimes. Cela a été le début de tout un processus", a indiqué Margaux Joachim, animatrice chez Présence et action culturelles. Le programme des journées du matrimoine comprend des rencontres, des expos, des ateliers, des projections, des créations sonores ainsi qu'un colloque. Ce dernier se penchera particulièrement sur les questions de genre et d'aménagement urbain. Une balade à vélo à la découverte des noms de lieux et de rues attribués à des femmes et une visite guidée en l'honneur des femmes au sein de la Ruche Verrière sont également au menu. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.