Un avion chinois pourrait bientôt concurrencer Airbus et Boeing

Belga

Le constructeur aéronautique chinois Comac (Commercial Aircraft Corporation of China) serait sur le point d'obtenir l'approbation des autorités aéronautiques chinoises pour son avion de passagers C919. Cet avion pourrait alors entrer en service quelque 14 ans après le début de son développement. C'est en tout cas ce qu'ont rapporté les médias chinois mardi.

Un avion chinois pourrait bientôt concurrencer Airbus et Boeing

Selon les documents, le certificat de navigabilité du C919 pourrait être délivré le 19 septembre. Le site web Flightradar24, qui suit les avions dans le monde entier, a montré que deux C919 ont atterri à l'aéroport principal de Pékin pour la première fois mardi. Ils étaient accompagnés d'un troisième appareil, un ARJ-21, un avion régional également développé par Comac qui est déjà en service. Avec un certificat de navigabilité en poche, le C919 pourrait également commencer ses vols commerciaux. La compagnie aérienne chinoise China Eastern Airlines devrait être le premier utilisateur. Le C919 est le premier grand avion de passagers développé par la Chine elle-même. Il s'agit d'un avion monocouloir, qui appartient à la même catégorie d'avions que la série A320 du constructeur européen Airbus et la série 737 du constructeur américain Boeing. Airbus et Boeing ont un duopole virtuel sur le marché des avions à partir de 100 sièges. Comac a commencé le développement du C919 en 2008 et le tout premier vol d'essai a eu lieu en 2017. Mais le constructeur n'a pas respecté un délai antérieur pour livrer le premier C919 avant la fin de 2021. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.