Maduro accepte d'être le garant d'un futur dialogue entre la Colombie et une guérilla

Belga

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a accepté mardi que son pays fasse partie des garants de futurs pourparlers de paix entre les autorités colombiennes et la guérilla de l'ELN, à la demande du président colombien Gustavo Petro, ont annoncé les deux gouvernements.Peu après avoir rétabli ses relations diplomatiques avec Caracas, M. Petro a demandé que le Venezuela se joigne "en tant que pays garant" aux négociations avec la dernière guérilla reconnue en Colombie, dans une lettre publique publiée mardi. "Le Venezuela accepte le rôle de garant (...) Bien sûr!", a répondu M. Maduro. Le Venezuela se joint ainsi au Chili et à Cuba qui ont accepté de prendre part à ce processus de paix. Gustavo Petro, premier président de gauche de Colombie, investi début août, a réactivé les contacts avec l'ELN afin de reprendre les négociations interrompues en 2019 par le gouvernement de son prédécesseur Ivan Duque, à la suite d'une attaque contre une école de police qui a fait 22 morts, en plus de l'assaillant. Des émissaires du nouveau chef de l'Etat ont déjà rencontré à La Havane des représentants de la guérilla guévariste. M. Petro a affiché sa volonté de négocier avec l'ELN et les dissidents des ex-FARC (qui rejettent l'accord de paix de 2016 avec cette guérilla marxiste), mais également de discuter avec les narcotrafiquants de leur reddition à la justice. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.