La chambre du conseil se penche sur le cas d'un escroc britannique à remettre à la France

Belga

La chambre du conseil de Bruxelles se penchait jeudi sur l'extradition vers la France de Robert Hendy-Freegard, le Britannique de 51 ans, arrêté à Grand-Bigard le 2 septembre. L'Hexagone avait émis un mandat d'arrêt européen à son encontre car il a renversé deux gendarmes. Le quinquagénaire est devenu célèbre grâce au documentaire "The Puppet Master" sur Netflix.Ce documentaire révèle comment il a extorqué à plusieurs victimes un total de 1 million de livres sterling (1,16 million d'euros, NDLR) en se faisant passer pour un agent de services secrets britanniques. En outre, il a fait croire à ses victimes féminines qu'elles étaient la cible du groupe terroriste irlandais IRA et que leurs vies étaient en danger. Afin qu'il puisse les protéger, les femmes devaient toujours rester avec lui. Cinq d'entre elles ont même, à un moment donné, dû vivre à des adresses secrètes où elles étaient sous son emprise totale. Arrêté par le FBI et la police britannique en 2002, l'homme a été condamné à la prison à vie en 2005. Il a fait appel et sa peine a été réduite en 2009 à neuf ans. Après sa libération, il s'est installé en France avec sa nouvelle compagne où il s'est lancé dans l'élevage de chiens. Le 25 août, les gendarmes sont venus contrôler son chenil situé dans le village de Vidaillat (centre). Seule sa compagne était présente. Le Britannique est arrivé plus tard en voiture. Lorsque les agents lui ont demandé de présenter ses papiers, celui-ci a accéléré, renversant deux d'entre eux. Le 2 septembre, soit une semaine plus tard, la police fédérale de la route de Flandre orientale a repéré son véhicule. Il a ensuite été arrêté à Grand-Bigard. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.