Tunisie: la "désinformation" passible de cinq ans de prison

Belga

Le président tunisien Kais Saied a promulgué vendredi un décret introduisant une peine de prison de cinq ans et une lourde amende pour toute personne répandant des "fausses informations" ou des "rumeurs" en ligne.Le décret, publié dans le Journal officiel, prévoit une peine de prison de cinq ans et une amende de 50.000 dinars tunisiens (15.500 euros) pour toute personne "qui utilise délibérément les réseaux de communication et les systèmes d'information pour produire, promouvoir, publier ou envoyer des fausses informations ou des rumeurs mensongères". Le décret vise les personnes qui répandent de telles intox afin de "porter atteinte aux droits d'autrui, à l'ordre public, à la défense nationale ou pour semer la panique au sein de la population". La peine prévue est "doublée" en cas d'intox visant des responsables de l'Etat, selon le décret. Dès sa publication, des internautes ont critiqué le texte estimant qu'il pourrait être instrumentalisé par le pouvoir pour museler la presse ou faire taire les voix dissidentes. Plusieurs ONG locales et internationales ont déploré un "recul" des libertés en Tunisie depuis que le président Kais Saied s'est arrogé les pleins pouvoirs le 25 juillet 2021, faisant vaciller la démocratie dans le pays dont étaient parties les révoltes du Printemps arabe en 2011. Dans un rapport publié début mai, le Syndicat national des journalistes (Snjt) a alerté sur des "menaces sérieuses" pesant sur la liberté de la presse dans le pays. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.