Conflit israélo-palestinien - A l'ONU, Biden plaide à nouveau en faveur d'un Etat palestinien

Belga

Le président américain Joe Biden a réitéré mercredi à l'ONU que les Etats-Unis appelaient de leurs voeux à la création d'un Etat palestinien mais il n'a fait part d'aucune initiative visant à relancer les négociations de paix avec Israël.

Conflit israélo-palestinien - A l'ONU, Biden plaide à nouveau en faveur d'un Etat palestinien

"Nous continuerons à plaider en faveur d'une paix négociée et durable entre l'Etat démocratique juif d'Israël et le peuple palestinien", a affirmé le président américain dans un discours devant l'Assemblée générale de l'ONU. Il a souligné que la solution à deux Etats "reste de notre point de vue la meilleure façon d'assurer la sécurité et la prospérité d'Israël à l'avenir et d'offrir aux Palestiniens un Etat auquel ils ont droit". Le président Biden avait tenu des propos similaires lors de sa visite en Israël et dans les Territoires occupés en juillet dernier, sans obtenir d'avancées particulières. M. Biden s'était contenté de rencontrer des dirigeants des deux côtés, annonçant des aides financières aux Palestiniens et un projet pour déployer la 4G en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens sont au point mort depuis 2014. Les relations entre les Etats-Unis et les Palestiniens se sont certes améliorées depuis que M. Biden a succédé au très pro-israélien Donald Trump mais certains Palestiniens estiment que son administration est trop timorée et focalisée sur des programmes économiques plutôt que le règlement de la question politique. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.