Pays-Bas: le 2e suspect de la noyade aux fêtes de Gand ne s'oppose plus à son extradition

Belga

Le deuxième suspect néerlandais soupçonné d'avoir tué un homme en le précipitant dans le canal lors des fêtes de Gand ne s'oppose plus à son extradition vers la Belgique, est-il ressorti mercredi de l'audience devant la chambre d'aide juridictionnelle internationale d'Amsterdam. Celle-ci devrait statuer sur son transfert le 5 octobre.La victime, un Gantois de 53 ans, avait été poussée dans l'eau le 17 juillet, alors que les festivités battaient leur plein dans la Cité des Comtes. Ne sachant pas nager, elle s'était noyée. Deux Néerlandais de 25 ans et 23 ans avaient ensuite été interpellés aux Pays-Bas. Le premier, remis à la justice belge, a été placé sous mandat d'arrêt par un juge d'instruction gantois avant que la chambre des mises en accusation ne le libère sous conditions. Il est suspecté de négligence coupable, tandis que le plus jeune est soupçonné d'avoir joué un rôle actif dans les faits. Celui-ci s'était d'abord opposé à son extradition. Son avocat belge, Me Thomas Gillis, avait précédemment affirmé que son client voulait prendre ses responsabilités. "Il n'a jamais eu l'intention de tuer qui que ce soit. Il a commis une bêtise et n'était pas au courant que la victime ne savait pas nager." Avant d'éventuellement être livré à la Belgique, le jeune doit encore purger jusque fin octobre trois peines de prison dans les geôles néerlandaises, selon l'agence de presse ANP. S'il est déféré devant la justice belge, il comparaîtra devant un juge d'instruction à Gand, qui décidera s'il le place ou non sous mandat d'arrêt pour homicide. (Belga)

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.