Une marche organisée dans le cadre de la Journée des droits des femmes a rassemblé plus de 80.000 personnes à Mexico, capitale du Mexique, pour dénoncer la hausse des crimes basés sur le genre. En moyenne, 10 femmes sont assassinées tous les jours dans ce pays de près de 130 millions d'habitants. "Aujourd'hui, les femmes sont les protagonistes de la transformation de notre société pour éradiquer la violence, démanteler le sexisme et garantir les droits et l'égalité des femmes et filles", a commenté la maire de Mexico, Claudia Sheinbaum sur Twitter. La marche était largement pacifique, bien que des manifestants aient lancé des cocktails Molotov et des fumigènes vers la police, qui a répliqué avec du gaz lacrymogène. Plus de 2.700 policières anti-émeutes étaient déployées dans le centre de la capitale. D'autres larges manifestations étaient aussi organisées dimanche dans des grandes villes mexicaines, dont Puebla, Monterrey, Merida, Oaxaca City et Cuernavaca. Les protestations contre les violences basées sur le genre ont pris de l'ampleur dans le pays au cours des dernières années, et sont devenues de plus en plus violentes alors que l'augmentation des féminicides est perçu comme le résultat d'un manque d'action de la part du gouvernement. Plus de 3.800 femmes ont été assassinées au Mexique l'an passé, dont 1.000 cas catégorisés comme des meurtres basés sur le genre, ou féminicides. Il s'agit d'une augmentation de 10% par rapport à 2018, selon les statistiques officielles. Des meurtres récents particulièrement violents, notamment contre une fillette de sept ans et contre une jeune femme de 25 ans, ont nourri davantage l'indignation des femmes mexicaines. Ces marches de dimanche ont eu lieu la veille d'une grève nationale des femmes ce lundi. Des millions de filles et femmes devraient ne pas se présenter à l'école ou au travail, ainsi que dans la sphère publique. (Belga)