Les secours dans l'Est de la République démocratique du Congo ont ramené dimanche à la surface les premiers corps d'orpailleurs portés disparus depuis l'accident qui a frappé vendredi leur mine d'or artisanale, ont indiqué des témoins joints par l'AFP."On a déjà évacué dix corps", a déclaré Alexandre Bundya, le maire de Kamituga, une cité minière à 180 km de Bukavu dans la province du Sud-Kivu. Le gouverneur provincial avait d'abord déploré samedi "la mort tragique de 50 personnes, en majorité des jeunes" lors de cet accident dû à des pluies diluviennes la veille. Le maire avait cependant déclaré ne pas savoir combien de mineurs artisanaux se trouvaient dans les puits de la mine au moment de l'accident, faisant état de 19 familles à la recherche d'au moins un des leurs. "Les mineurs ont des cartes, qu'ils achètent à la division des mines. Vous avez aussi des mineurs clandestins. On ne connaît pas vraiment le nombre de +creuseurs+ (mineurs artisanaux) qui se sont retrouvés sur les lieux", selon un expert du domaine des mines dans la région, Raoul Kitungano. A peine sorti de terre, le premier corps sans vie allongé sur une civière a été évacué par les secouristes vers une tente bleue improvisée sur place, selon les vidéos envoyées à l'AFP. Comme la veille, légèrement tenus à l'écart, des centaines d'habitants ont assisté aux opérations de secours sur les collines autour du carré minier dit "D3", selon ces mêmes images. Le maire avait décrété deux jours de deuil samedi et dimanche. Au moins une pelle hydraulique a été amenée sur les lieux, alors que les secouristes travaillaient la veille à mains nues, avec quelques outils. La catastrophe a été provoquée vendredi par des pluies diluviennes qui ont fait déborder le lit d'une rivière, poussant l'eau vers les trois tunnels de la mine. "Lorsque les gens ont voulu sortir, il n'y avait plus moyen car l'eau coulait en abondance, avec une grosse pression", a confirmé un journaliste sur place, Jean Nondo. (Belga)