Quelque 35.000 manifestants, selon les organisateurs, ont défilé contre le racisme samedi à Dresde, en Allemagne, à une semaine d'élections régionales qui devraient voir l'extrême droite enregistrer un nouveau succès dans son bastion d'ex-RDA. Des manifestants de tous bords, ONG, artistes, syndicalistes et responsables politiques unis dans l'alliance #Unteilbar ("indivisible" en français) ont manifesté au coeur de la ville. Sous le mot d'ordre "Solidarité au lieu de rejet: pour une société ouverte et libre", le défilé a rassemblé selon les organisateurs 35.000 personnes quand ils en espéraient environ 10.000. "Nous voulons faire quelque chose contre le climat politique (actuel) et soutenir les gens qui, au quotidien, s'opposent à la haine et à la violence", a indiqué la porte-parole des organisateurs, Susann Riske, au milieu de ce rassemblement bariolé composé de jeunes, de familles mais aussi de retraités. Le contexte est tendu, alors que les sondages prévoient un nouveau succès électoral pour le parti anti-migrants Alternative pour l'Allemagne (AfD) aux scrutins du 1er septembre, en Saxe et dans le Land voisin de Brandebourg. Selon les dernières enquêtes, la formation d'extrême droite pointe en deuxième position dans son bastion saxon, derrière les conservateurs de la CDU. Avec des intentions de vote autour de 24%, l'AfD pourrait plus que doubler son score par rapport à 2014. Dans le Brandebourg, l'AfD fait jeu égal avec les sociaux-démocrates (SPD), qui dirigent l'exécutif local depuis la Réunification, en 1990. Une victoire dans l'une ou l'autre région serait une première pour ce parti, né en 2013. Ces élections, auxquelles s'ajouteront celles de Thuringe fin octobre, seront "l'heure de vérité pour la démocratie", estiment les organisateurs, brandissant le spectre d'une participation de l'AfD à une coalition gouvernementale régionale. (Belga)