Amazon a commencé à installer des caméras connectées dans les camions de livraison, afin d'améliorer la sécurité des chauffeurs, mais cette décision suscite une levée de boucliers de la part d'associations qui critiquent cette surveillance continue."Nous avons récemment commencé à déployer une technologie de sécurité basée sur des caméras de dernière génération dans notre flotte de livraison", a confirmé une porte-parole d'Amazon à l'AFP jeudi. "Cette technologie va fournir des alertes en temps réel aux chauffeurs pour les aider à garantir leur sécurité quand ils sont sur la route". Le géant du commerce en ligne a choisi des Driveri, un modèle de caméra produit par la société Netradyne qui intègre un système d'intelligence artificielle (IA) pour analyser les données et avertir les conducteurs en direct. "Des études ont montré que ces caméras réduisent les collisions d'un tiers grâce aux alertes dans le véhicule, et d'un tiers grâce à l'amélioration du comportement des chauffeurs", souligne Karolina Haraldsdottir, une responsable d'Amazon chargée de la sécurité lors des livraisons. Elle s'exprime dans une vidéo interne vantant les mérites du nouveau système "pour la sécurité des chauffeurs et des communautés qu'ils desservent", publiée par des médias américains et authentifiée par Amazon. Les caméras sont équipées de quatre objectifs, filmant ainsi la route et le conducteur, mais elles n'enregistrent pas le son et ne diffusent pas en direct - "personne ne peut s'inviter et écouter pendant vos livraisons", précise Karolina Haraldsdottir. Avec la Driveri, "un responsable de la sécurité aura maintenant accès à chaque minute de la journée d'un chauffeur", indique le site web de Netradyne. "C'est la plus grande expansion de surveillance d'entreprise dans l'histoire humaine", s'est indignée Evan Greer, directrice adjointe de l'ONG Fight for the Future, qui se bat pour les droits humains dans un monde numérique. "Amazon veut transformer son immense flotte de livraison en armée mobile de caméras de surveillance. Ces appareils vont exacerber les conditions de travail inhumaines dans lesquelles travaillent déjà les chauffeurs. Et ils enfreindront les droits de base de chacun en récoltant et analysant en permanence des images dans nos quartiers", a-t-elle continué dans un communiqué. D'après le règlement interne sur ces caméras, publié par la chaîne CNBC, elles serviront aussi à évaluer le comportement des chauffeurs, en indiquant qu'ils ne se sont pas arrêtés à un stop, par exemple. "Il semble inévitable qu'Amazon trouve un moyen facile de partager les vidéos avec leurs quelque 2.000 partenaires de sécurité", ajoute Evan Greer, qui s'inquiète aussi du risque de piratage des caméras. (Belga)