Proximus écope d'une amende record de 50.000 euros de la part de l'Autorité de protection des données pour un conflit d'intérêts concernant son DPO (data protection officer), la personne en charge de la bonne mise en pratique du règlement RGPD au sein de l'entreprise, rapporte l'Echo lundi soir. "Le DPO est censé servir de guide dans ces démarches. On ne peut donc pas être le conseiller et celui qui prend la décision comme c'était le cas chez Proximus", explique au quotidien Hielke Hijmans, président de la chambre contentieuse de l'APD. L'opérateur, qui a un mois pour interjeter appel à la cour des marchés, a déjà annoncé qu'il se pliait à la décision. "Sur la base de la lecture de la motivation, nous restons convaincus que ce que nous avons mis en œuvre au niveau de notre DPO était conforme aux exigences du RGPD. La chambre contentieuse de l'APD en a décidé autrement et a décidé d'infliger une amende à Proximus. Nous agirons conformément à la décision et adapterons la position de notre DPO", déclare à l'Echo Haroun Fenaux, porte-parole de Proximus. (Belga)