La militante saoudienne des droits humains Loujain al-Hathloul, incarcérée depuis 2018, a comparu jeudi devant un tribunal spécial anti-terroriste, selon sa famille, pour répondre d'accusations qualifiées de "fallacieuses" par des experts de l'ONU mais qui peuvent lui valoir de longues années de prison.Loujain al-Hathloul a été arrêtée avec d'autres militantes en mai 2018 peu avant la levée de l'interdiction de conduire faite aux Saoudiennes, une réforme pour laquelle elles militaient. Sa famille a annoncé le 25 novembre que son cas avait été transféré par un juge de la Cour pénale de Ryad à une cour chargée des affaires de terrorisme. Cette Cour pénale spécialisée a été créée en 2008 pour juger les affaires de terrorisme, mais elle a largement servi depuis à juger des prisonniers politiques. Ryad est très critiqué à l'international concernant son bilan en matière de droits humains. La comparution de Al-Hathloul a lieu deux jours après la condamnation à six ans de prison d'un éminent médecin américano-saoudien, Walid Fitaihi. Il était notamment accusé d'avoir obtenu la nationalité américaine sans autorisation et de sympathies envers une organisation terroriste non identifiée, a indiqué à l'AFP une source proche de sa famille. "Nous sommes extrêmement inquiets d'apprendre que Loujain al-Hathloul, qui est détenue depuis plus de deux ans sous des accusations fallacieuses, est désormais jugée par une cour spécialisée dans les affaires de terrorismes", a déclaré Elizabeth Broderick, qui préside le groupe de travail de l'ONU sur les discriminations envers les femmes et les filles. "Nous demandons une nouvelle fois à l'Arabie saoudite de libérer immédiatement cette militante des droits humains qui a grandement contribué à faire progresser les droits des femmes", a-t-elle ajouté dans un communiqué. (Belga)