Le président du Conseil européen Charles Michel rencontrera mardi le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis à la frontière gréco-turque, où des milliers de migrants affluent pour tenter d'entrer dans l'Union européenne après l'annonce faite par le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan qu'il n'allait plus les retenir. Dans un message posté dimanche sur Twitter, M. Michel exprime son "soutien aux efforts grecs pour protéger les frontières européennes" et dit "suivre la situation sur le terrain". Il rencontrera le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis mardi. La Grèce a annoncé dimanche avoir bloqué l'entrée sur son territoire de près de 10.000 migrants en 24 heures en provenance de Turquie. Samedi soir, l'Onu avait chiffré à au moins 13.000 le nombre de migrants massés le long des quelque 200 km de frontière terrestre entre la Grèce et la Turquie. Au moins 2.000 migrants supplémentaires sont arrivés dimanche dans la zone frontalière entre la Turquie et la Grèce, marchant à travers des champs en direction du point de passage de Pazarkule (Kastanies, côté grec), ont constaté des journalistes de l'AFP. De petits groupes de Syriens, d'Afghans et d'Irakiens notamment, dont des femmes et des enfants, affluaient, marchant en file indienne au bord d'une route, sac sur le dos ou sur la tête. La Turquie a affirmé vendredi qu'elle avait ouvert ses frontières terrestres et maritimes pour laisser passer les migrants, réveillant en Europe la crainte d'une nouvelle crise migratoire semblable à celle qui a secoué le continent en 2015. (Belga)