Une unité de l'armée libyenne a annoncé la libération mercredi de 120 migrants, pour la plupart originaires d'Egypte, qui étaient retenus en otage dans l'ouest de la Libye par des trafiquants et des passeurs."Nos forces ont réussi ce matin à l'aube à libérer (...) 120 otages qui étaient détenus à Bani Walid, la plupart de nationalité égyptienne, après l'assaut contre des repaires de trafiquants d'êtres humains", a indiqué la 444e Brigade de combat, une unité d'élite des forces armées de l'ouest de la Libye, dans un communiqué. Ils ont été victimes "d'actes de torture et d'extorsion" de la part de leurs geôliers, a ajouté cette source, en citant des témoignages de migrants libérés. Cette unité a déjà mené la semaine dernière une vaste opération contre des passeurs à Bani Walid, une plaque tournante du trafic de migrants située aux portes du désert libyen, à 170 km au sud-est de Tripoli. Six cachettes ont été découvertes vendredi: 70 migrants de différentes nationalités ont été libérés ce jour-là. "L'un des trafiquants les plus notoires du pays a été appréhendé ainsi que d'autres criminels étrangers qui enlevaient, tuaient et torturaient leurs victimes", avait alors indiqué la 444e brigade. Le chaos qui a suivi la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 a fait de la Libye une voie privilégiée pour des dizaines de milliers de migrants cherchant à rejoindre l'Europe. Beaucoup se retrouvent bloqués en Libye, dans des conditions déplorables, à la merci des passeurs et des trafiquants. (Belga)