Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a appelé mardi la Bosnie à "assumer ses responsabilités" en fournissant un hébergement à des migrants laissés sans abri après l'incendie du camp de Lipa, "en tant que pays aspirant" à entrer dans l'Union européenne (UE).Dans un texte publié sur son blog, l'Espagnol estime que la "grave crise humanitaire" en cours est "largement due aux dysfonctionnements dans la gouvernance" de ce pays, soulignant aussi l'urgence pour l'UE de réformer sa politique d'asile. "Malgré des plaidoyers répétés de l'UE à haut niveau et une aide financière importante pour répondre aux besoins des migrants et réfugiés et pour renforcer la gestion des frontières et du système d'asile, les autorités du pays n'ont pas garanti une gestion efficace des centres d'accueil et un système d'asile qui fonctionne", regrette Josep Borrell. Il rappelle que depuis 2018, l'UE a fourni à la Bosnie "plus de 88 millions d'euros" dans ce but. Le 3 janvier, la Commission avait annoncé une aide humanitaire de 3,5 millions d'euros pour répondre à cette crise. Josep Borrell déplore que le centre Bira, à Bihac, "entièrement équipé" et rénové avec l'aide de l'UE, "reste inutilisé". La Commission et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) réclament sa réouverture temporaire pendant l'hiver, mais les autorités municipales et cantonales s'y opposent. "Nous devons nous assurer que les migrants en quête d'asile dans l'UE reçoivent un traitement décent et vivent dans des conditions humaines pendant la procédure de demande d'asile. C'est une exigence partout, dans l'UE et les pays partenaires", indique Josep Borrell. "Si nous nous tenons prêts à aider les pays partenaires pour atteindre ce but, ils doivent assumer leurs responsabilités dans ce domaine. En tant que pays aspirant à être membre de l'UE, ces principes doivent s'appliquer à la Bosnie", souligne-t-il. Selon lui, entre 8.000 et 9.000 réfugiés et migrants sont présents en Bosnie. Les centres de Bira, Borici, Miral, Sedra, Lipa, Usivak et Blazuj ont une capacité de 7.400 places pour 5.600 migrants officiellement enregistrés. Josep Borrell a aussi appelé à une "adoption rapide" du nouveau Pacte sur l'asile et la migration proposé par la Commission européenne en septembre, et actuellement discuté par les Etats membres. (Belga)