Le président de la session de l'Assemblée générale de l'ONU a manifesté mardi sa déception de voir si peu de femmes à la tribune de l'ONU lors du sommet annuel organisé fin septembre, soit 16 oratrices pour 192 orateurs. Tijjani Muhammad-Bande, originaire du Nigeria, a affirmé que "seulement 8% des orateurs représentant les États membres étaient des femmes", estimant que ce n'était pas un bon chiffre "en particulier au regard de notre engagement pour l'égalité des genres". Il en a tiré la conclusion que les Nations unies doivent continuer à "presser les gouvernements de permettre la plus large participation possible et particulièrement de supprimer les obstacles à la participation des femmes en politique". Ses commentaires sont dans le droit fil de son discours de clôture lundi, quand il a déclaré que "l'égalité des genres dans un monde contemporain est toujours une œuvre en progrès". M. Muhammad-Bande s'exprimait dans le cadre de sa première conférence de presse depuis que le diplomate nigérian a été élu en juin dernier président de la session de l'Assemblée générale qui vient de se dérouler à New York, un poste essentiellement symbolique. (Belga)