Le Parti socialiste souhaite mettre à l'ordre du jour du Comité de concertation du 18 décembre une évaluation de la situation sanitaire. Si les chiffres le permettent, il n'exclut pas une réouverture pour certains métiers de contact. Mais il reste très réservé sur un assouplissement des restrictions pour les fêtes, a exposé le député Patrick Prévot sur le plateau de RTL-TVi (C'est pas tous les jours dimanche).Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet (MR), avait demandé samedi au Premier ministre de réunir à nouveau le Comité de concertation le 18 décembre afin de réévaluer les mesures concernant la bulle sociale durant les fêtes et la fermeture des salons de coiffure. Discuter le 18 décembre de la situation sanitaire au comité de concertation - qui rassemble les gouvernements du Fédéral et des entités fédérées - "va dans le bon sens", a commenté M. Prévot (PS), en soulignant le besoin constant de mener des évaluations. Mais seuls les chiffres doivent déterminer si l'on peut prendre des mesures complémentaires, ajoute-t-il. Le socialiste s'attache surtout à la demande des métiers de contact, contraints de garder portes closes. Si, sur la base des avis des experts, ces métiers peuvent rouvrir, alors il ne faut pas attendre l'évaluation du 15 janvier, a exposé Patrick Prévot. Il se dit en revanche "plus réservé" sur l'idée d'assouplir les mesures pour les fêtes de fin d'année. Il pointe aussi du doigt ceux qui mènent "des sorties en tous sens", avec le risque de créer de faux espoirs. Présent sur plateau après avoir pris contact avec le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke, le ministre d'État Johan Vande Lanotte (sp.a) a maintenu une approche très prudente. "On part de l'idée que les chiffres seront en forte baisse au 18 décembre, mais ce n'est déjà plus le cas", a-t-il mis en garde, stigmatisant lui aussi le risque de faire naître de faux espoirs. (Belga)