Attentat sur un marché de Noël à Berlin - Le gouvernement allemand confirme qu'un "nouveau suspect" est recherché

Publié le à BERLIN (DEU)

Les autorités allemandes ont confirmé mercredi qu'un nouveau suspect, un Tunisien connu de la police pour ses liens avec le salafisme, était recherché pour son rôle présumé dans l'attaque au camion-bélier de Berlin, après des informations en ce sens de plusieurs médias. "Il y a un nouveau suspect, on recherche ce suspect", a déclaré à la presse à Berlin le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière, ajoutant qu'"un avis de recherche a été émis à minuit pour l'Allemagne mais aussi pour l'espace Schengen c'est-à-dire en Europe". M. De Maizière s'exprimait après une réunion d'une commission de la chambre basse du Parlement qui a été informée de l'état de l'enquête. Si le ministre a refusé de s'exprimer sur l'identité du suspect, les députés présents à l'audition ont confirmé qu'il s'agit bien d'un Tunisien comme la presse allemande l'affirme. "Il s'agit d'un Tunisien (...) âgé de 21 à 23 ans", a indiqué le député Stephan Meyer, membre de l'aile droite de la famille politique de la chancelière Angela Merkel, précisant que le jeune homme "dispose manifestement de plusieurs identités". "Manifestement, il s'agit d'un individu classé dangereux que les services de sécurité connaissaient et qui appartenait à la scène islamiste-salafiste", a souligné cet élu. La police l'a identifié grâce à un document d'identité retrouvé dans le cabine du camion qui a tué 12 personnes lundi soir sur un marché de Noël très achalandé au coeur de Berlin, selon la presse. Un député ayant aussi participé à la réunion au Parlement a dit pour sa part que c'est tout le "porte-monnaie" du suspect qui avait été retrouvé sur place mais que la police ne pouvait pas affirmer que le Tunisien était dans le camion. Selon M. Meyer, l'homme est arrivé "en Allemagne via l'Italie à l'occasion de la crise des réfugiés" qui a vu quelque 900.000 migrants entrer en Allemagne en 2015 et 300.000 en 2016. "Il y a donc un lien entre la crise des réfugiés et le danger terroriste", a ajouté cet élu de la CSU, allié de la chancelière Angela Merkel mais qui la critique depuis des mois et des mois sur l'accueil qu'elle a réservé aux demandeurs d'asile. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.